Le compostage de surface : une meilleure façon de composter

compost au jardin

Le compostage de surface : une meilleure façon de composter

0 Comment

Le compostage de surface : une meilleure façon de composter

Vous avez toujours formé un tas de compost pour transformer vos déchets organiques en engrais naturel? Essayez plutôt le compostage de surface! Pratique et écologique, cette technique fera revivre le sol de votre potager toute l’année.

Le compostage en surface, qu’est-ce que c’est?

Le compostage de surface consiste à étendre les déchets organiques directement sur le sol de votre jardin. Le concept issu de la permaculture (agriculture durable) est simple : laisser la nature décomposer vos déchets pour enrichir le sol.

Pourquoi faire du compost de surface plutôt que du compost en tas?

Le compost de surface génère moins de chaleur, de vapeur d’eau et de dioxyde de carbone (CO2) que le compost en tas.

Le compostage de surface produit un engrais naturel plus riche, parce que les déchets organiques sont directement disponibles pour les micro-organismes qui vivent dans le sol (contrairement au compostage en tas où une bonne partie des déchets organiques est consommée par les décomposeurs).

Aussi utile que le paillis utilisé pour préparer le sol en permaculture, le compost de surface offre plusieurs avantages : protection contre les intempéries, évacuation des mauvaises herbes, moins d’arrosage puisqu’il conserve l’humidité du sol…Plus facile que le compost en tas, le compost de surface ne demande pas de retournements ni de voyages avec le seau ou la brouette. Tout est placé directement sur le sol du potager.

Que peut-on mettre dans le compostage de surface?

Les mêmes déchets organiques que vous déposez dans votre tas de compost ou votre bac à compostage fourni par votre municipalité :

  • Fleurs fanées ou plantes mortes
  • Feuilles de légumes abîmées ou légumes non consommés
  • Tiges de tomates, haricots, courgettes et autres après la récolte
  • Mauvaises herbes arrachées (sauf celles avec des graines)
  • Tonte de pelouse ou paillis
  • Feuilles mortes
  • BRF (bois raméal fragmenté), c’est-à-dire le bois broyé issu de la taille des arbustes

Vous pouvez même ajouter le compost provenant du composteur, du fumier de cheval ou des fientes de poules.

Quant aux déchets de cuisine (fruits et légumes), creusez de petits trous pour les enfouir dans le sol. En plus de les rendre plus facilement disponibles aux micro-organismes et vers de terre, vous réduirez aussi les odeurs en surface.

Conseil de pro : gardez le compost de surface loin de l’ail, des échalotes et des oignons, qui n’aiment pas l’humidité du sol.

Évitez le compostage en surface lors de sécheresse et attendez une bonne ondée. Votre potager vous en remerciera!